Le P. Bruno Bories, vicaire général du diocèse d’Albi, et de Rose-Line Coureau, responsable de la communication :

carre2

"Présenter Mgr Carré n’est pas chose facile tellement sa personnalité est riche.
On dit que beaucoup de choses, dans une vie, se jouent dans les premières années…
Ces neuf premières années, Pierre-Marie Carré les a passées dans le Pas-de-Calais.
Cette terre l’a façonné pour toujours, cela se perçoit rapidement : sa façon d’entrer en contact, sa discrétion, son humour aussi n’ont pas grand-chose de  méridional !! Il faut s’y habituer.
Son environnement familial et rural dans le Lot-et-Garonne où sa famille est descendue, le marque profondément  Ceci l’aide aujourd’hui encore à rester attentif aux réalités concrètes, autant rurales que sociales.
Il enregistre beaucoup de choses et sait revenir sur tel  ou tel  événement, même  si sur le moment  il semble distant
Mgr Carré s’est rapidement passionné pour les livres et les études, curieux de tout et doué d’une grande mémoire. Il a acquis une culture très éclectique dont il ne fait jamais étalage.
Lorsqu’il entre au grand séminaire, on ne tarde pas, tout comme dans son diocèse, à penser qu’il pourrait faire des études pour devenir formateur.
Cela le mène à l’Université pontificale grégorienne de Rome. Il y obtient une licence de théologie et une licence d’Ecriture sainte à l’Institut biblique.
Quand il y a eu besoin d’un exégète au Grand Séminaire, on a fait appel à lui.
En 1980, il devient supérieur du 1er cycle du séminaire interdiocésain de Poitiers ; neuf ans plus tard, supérieur du 2ème cycle du séminaire interdiocésain de Bordeaux.
En 1993, il est de retour dans le Lot-et-Garonne où il devient curé du secteur d’Astaffort et vicaire épiscopal.
En 1995, il est nommé vicaire général ; il le restera jusqu’en 2000, il exerça  un temps la charge d’administrateur diocésain.
Les Agenais ont beaucoup apprécié son travail et son dynamisme au service de leur diocèse.
Quand il était supérieur, il a accepté de prêcher des retraites… choses qu’il a toujours continué à faire… pendant ses vacances  !!! On n’a pas tous la même façon de se reposer  !!!
 En 2000, il devait prêcher la retraite d’été aux prêtres du Tarn, mais l’Esprit Saint et l’Eglise en ont décidé autrement  ! Le voilà nommé archevêque d’Albi. Il a fallu trouver un autre prédicateur  !!
 Le 8 octobre, à la date anniversaire de la mort de son prédécesseur, il est ordonné en la cathédrale Sainte-Cécile, dont la renommée n’est plus à faire
Pendant 10 ans, il a appris  son métier d’évêque au contact des Tarnais et de cette mosaïque de pays qui caractérise notre département.
 Combien de fois Mgr Carré a-t-il fait référence au travail de ses prédécesseurs, essentiellement de Mgr Meindre, et aux orientations que celui-ci avait données au diocèse peu de temps avant sa mort ? Personne ne pourrait le dire !!!
Avant d’être bâtisseur, il a été héritier : il a pris le temps de voir, de rencontrer, de connaître, d’inscrire son travail dans un sillon déjà ouvert.
Parfois on a regretté ce temps pris pour bien décider ; mais au final, ce n’est pas mal du tout ! Sans doute fera-t-il pareil chez vous.
Mgr Carré est un travailleur, il lit beaucoup. Ne soyez pas étonnés de le rencontrer se promenant tout en lisant un livre !
Il prend le temps de préparer toutes ses interventions, fait des recherches, sur Internet ou ailleurs ; on se demande comment il arrive à faire tout ce qu’il fait sans jamais paraître débordé… hyper organisation !!!
Sa capacité et sa rapidité de travail font qu’il a parfois tendance à faire plutôt qu’à demander surtout si cela tarde à venir. Il est bon de le savoir …
Par contre lorsqu’il délègue, aucun souci : il délègue aussi sa confiance et risque d’oublier de demander si tout se passe bien !!!
Par chance, c’est quelqu’un à qui on peut faire des remarques, il sait les entendre et en tenir compte. Combien de fois l’a-t-on vu reprendre sa copie parce qu’il lui avait été dit qu’elle n’était pas tout-à-fait adaptée à l’objectif recherché.
Formé à l’exégèse,  nous pouvons témoigner qu’il a un amour passionné pour la Parole de Dieu. Il aime la prier, la commenter.
Pédagogue, il est heureux lorsqu’il l’enseigne ; sa participation au Synode de la Parole de Dieu à Rome a été pour lui et pour nous une grâce et une belle ouverture à l’Eglise universelle.
Homme de foi, par son assurance tranquille en la nécessité d’une vie chrétienne appuyée sur la prière et les sacrements, il a été contagieux. Pour beaucoup il restera celui qui a ouvert leur cœur à l’intelligence des Ecritures.
Rapidement il a voulu que se retrouvent des groupes pour partager autour de la Parole de Dieu. Pour cela, il a proposé chaque année un guide de lecture pour les Evangiles, les Actes ou les Epîtres de Paul.
 Avant de partir, il nous a préparé un livret sur les Psaumes pour que nous puissions continuer cet approfondissement de la Parole de Dieu.

A l’école de Jean-Paul II, il a  contribué avec tous à « faire de l’Eglise la maison et l’école de la communion » : visiter les communautés chrétiennes, répondre aux invitations pour être près de tous, veiller à ce que son Eglise reste proche des petits et attentive à eux, rester ouvert aux problèmes que rencontrent l’industrie et l’agriculture, garder l’unité du presbyterium et l’ouvrir à l’accueil de prêtres venus d’ailleurs, tout cela témoigne d’un pasteur pétri de Vatican II.
 Dommage que son tempérament réservé ait empêché plusieurs de vraiment percevoir cet engagement passionné pour tous.
La province de Toulouse a beaucoup reçu de lui, votre province ne regrettera pas sa venue, nous en sommes sûrs.
Il faudra que vous acceptiez ses déplacements hors diocèse car il est aussi acteur de l’Eglise de France : au sein de la Conférence des évêques de France, il est Président de la Commission doctrinale.
Cette ouverture est toujours un enrichissement pour un diocèse, mais n’ayez crainte, il est plutôt casanier. Il ne part que lorsque c’est nécessaire.
Aujourd’hui il quitte le Tarn. Dans le diocèse d’Albi, il a sans doute beaucoup appris, et il nous a beaucoup appris.
 Ici, il apprendra aussi de vous, c’est sûr, et il vous aidera à avancer à la suite du Christ. Il sera vite Héraultais et il marchera avec vous, en écoutant, accueillant et donnant sens à votre marche.

Prenez soin de lui et que le Seigneur bénisse son nouveau ministère !"


Voir aussi :

Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier >>>